Envoyer à un(e) ami(e)  Imprimer la page  Version française  English version

Présentation des passions, des travaux et projets photographiques de l’auteur.

Un résumé qui expose la vie professionnelle de Frédéric Mouchet, ses motivations, coups de cœur, voyages, rencontres, sujets photo ou publications.


UN PROFIL

FREDERIC MOUCHETNé à Paris en 1967, Frédéric Mouchet se passionne dès l’adolescence pour la photographie. A l’âge de 20 ans, il entreprend son premier voyage de photographe en Afrique. Il part seul, sans projet véritable et avec le minimum en poche, mais ce voyage lui permet de toucher du doigt l’univers du reportage, de palper ce concentré d’apprentissages, de découvertes, de frustrations et d’excitations, ce concentré de vie que procure la quête d’un sujet photographique. Depuis, il n’a jamais cessé de parcourir le monde, un appareil photo à la main.

Son approche du métier le rattache plutôt à la famille des photographes du "hasard bienveillant". Il compte sur le théâtre perpétuel de la nature et des êtres produisant son lot de scènes éclairées. Celles-là même qui, placées dans le bon cadre, à l’instant décisif, sont susceptibles de générer une image dépassant la réalité d’un lieu, d’un individu ou d’un groupe, pour nous ouvrir une fenêtre plus vaste sur la réalité de notre monde à tous.

Pour lui, il n’est pas question de venir peser sur le scénario, d’intervenir sur le décor ou les hommes. Il communique très peu avec les acteurs de ses images, cherchant, sinon l’oubli, du moins une certaine "transparence" du photographe, nécessaire à la préservation des regards et des gestes qui conduisent le ballet des situations. Il se méfie aussi des images "rêvées", de cette tentation d’attendre des heures durant que telle lumière, présumée chaude et voluptueuse, enveloppe telle montagne, comme déjà vu sur tant de pages glacées. Il privilégie les changements de décors, les rondes attentives, marchant beaucoup, espérant le cadeau du réel, la rencontre visuelle imprévisible et fugace qui s’ordonne avec douceur et évidence dans le viseur.

Dans le choix de ses sujets, Frédéric Mouchet s’attache assez peu à l’événement, croyant davantage à la poésie des circonstances ordinaires, à la vérité des arrière-cours et des visages anonymes qui se débattent dans les méandres d’un quotidien, qui brillent ou qui s’enivrent lors d’une petite fête, qui espèrent devant l’autel d’un temple. Il croit également au discours de certains paysages qui expriment si bien les vieux rapports que les hommes entretiennent avec eux. Ses allers et venues sur les cinq continents, depuis plus de 20 ans, lui ont permis de mesurer à quel point la géographie façonne les individus et leurs cultures.

PUBLICATIONS

Frédéric Mouchet a collaboré régulièrement au magazine GRANDS REPORTAGES, pour lequel il a réalisé une quarantaine de sujets. Ces commandes l’ont conduit dans des contrées aussi variées que l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Indonésie, la Birmanie, le Laos, l’Inde, la Chine, le Japon, le Cap-Vert, l’Alaska, le Mexique, Cuba, la République dominicaine, l’Argentine, la Syrie, etc.
Il voit par ailleurs ses images publiées dans nombre de titres de la presse nationale ou étrangère tels que GEO (France, Espagne, Russie, Finlande), VSDLe Point, Le Monde des Religions, Libération,  Ulysse, Australian Geographic, etc.

En ce moment sur geo.fr : MAORIS - Le temps de la reconquête

UNE PASSION - L'univers des îles

Cap Kidnappers - Hawkes Bay - Ile du Nord de la Nouvelle-Zélande/Cette histoire ne relève pas simplement d’une attraction liée au chant de sirènes tropicales, sablonneuses et sucrées. C’est un intérêt profond que Frédéric Mouchet a développé au fil du temps pour l’univers des îles dans sa globalité. De l’Islande aux Célèbes, de Rodrigues à Okinawa ou de Cuba à la Nouvelle-Zélande, rien ne semble faire le lien entre ces petits mondes jaloux de leurs singularités, hormis l’étendue marine. Elle les protège et les isole, elle les sublime, les mythifie et les diabolise, elle les définit à travers un trait de caractère qui stimule la pensée humaine depuis toujours : l’insularité.

Ils sont innombrables, tous ceux qui ont accroché leur esprit au rivage d’une île lumineuse. Des anonymes aux naturalistes illustres, des opprimés aux philosophes et autres Thomas More, William Shakespeare ou Daniel Defoe, ils ont placé l’île au-dessus du monde commun. Sans doute parce qu’elle est pure comme au commencement, toujours lointaine, qu’elle peut offrir le Paradis ou l’Enfer, comme seul Dieu sait le faire. Elle est le lieu du trésor, de l’inconnu, l’un des symboles de la diversité du monde, de son ambiguïté, de ses peurs et de ses espoirs. C’est un décor intellectuel incomparable pour placer l’homme face à lui même, donc aux autres, à la nature vierge, au divin.

Toute la magie de l’île réside dans une équation irrésolue : le plus fini des espaces géographiques se révélant comme l’un des territoires de l’esprit les plus infinis.


A partir de ce constat, comment un photographe curieux, quelque peu rêveur, pourrait-il résister à la tentation de retourner les visiter sans cesse pour évoquer leurs particularismes ou leur actualité ? Et puis, il y a l’ambition de saisir un peu du mystère de cet horizon qui a toujours fait balancer le cœur des îliens entre le souhait de le voir rester vide et un besoin qu’il s’anime, de temps à autres.

LIVRE

L'Australie des explorateurs français (couverture)L'AUSTRALIE DES EXPLORATEURS FRANCAIS - SOMOGY Editions D'Art Novembre 2015

Prix de la Société de Géographie Jules Ducros-Aubert 2016

Six grandes expéditions françaises se sont succédé sur les côtes australiennes au cours des XVIIIème et XIXème siècles.
Entre photographies contemporaines, dessins d’expéditions et commentaires historiques, ce livre permet la découverte d’une Australie intacte, fidèle à l’environnement que ces marins-explorateurs ont abordé il y a plus de 200 ans.